dimanche 18 janvier 2015

J'ai un chagrin


Pondichery, Inde du sud.
Nous sommes le 18 janvier 2015.
Cela fait 11 jours et il s’est écoulé comme un siècle depuis que l’horreur a frappé chez Charlie Hebdo.

L’horreur de Boko Haram.
L’horreur de Daech
L’horreur d’Al Quaïda.
L’horreur est la même puisqu’elle est alimentée par les mêmes fanatismes.
La même barbarie qui m’effraie.

Depuis le 7 janvier, je refoule mes larmes et ma colère.
Mais ma colère, (je parle de colère car je trouve que le mot« indignation » est trop loin de ce que je peux ressentir) n’est pas sélective, elle est blanche et violente.
Depuis le 7 janvier, je vis au ralenti comme suspendue à mes larmes retenues.
Je sais que ma colère est militante et que mes convictions politiques me porteront toujours à descendre dans la rue.
Je suis en rage.
Et puis ce matin du 8 janvier, je me suis levée, je me suis assise devant ma tasse de thé et j’ai éclaté en sanglots.
Je me suis sentie dévastée par un sentiment que je ne contrôlais plus, un sentiment qui se blottit au creux de votre poitrine comme un petit chaton, un sentiment qui ronronne et qui vous mange le cœur.
J’étais affolée car ce sentiment, je le connais bien et je sais qu’on ne peut pas l’écarter d’un geste de la main. 
Ce sentiment partage notre vie avec fidélité.

Jno m’a regardée, il avait dans les yeux une lumière perdue, un désespoir  sans nom et il m’a juste dit : - Véro …
Je lui ai dit dans un souffle : - C’est le chagrin.

J’avais mis un nom sur mes larmes et j’avais osé lui dire.
Des larmes de chagrin.
C’est un truc terrible le chagrin car on ne peut rien y faire.
La douleur, je la trouve plus gérable, je sais qu’elle va passer à la longue. Et puis face à la douleur, on peut hurler, on peut se battre, on peut espérer qu’elle va nous lâcher. Face à la douleur, on se mobilise.
Mais le chagrin, c’est un truc qui s’installe.
Le chagrin, il nous connaît par cœur,  il trouve ses racines en nous, il nous aspire et nous épuise car il sait où trouver son carburant.
Le chagrin, il remonte aux sources et vous grignote. Il aime la nuit et les moments de solitude.

Mais pourquoi ce matin du 8 janvier, le chagrin était-il venu me faucher en plus de ma révolte et de ma douleur ?
Parce que ce sont  les mecs de Charlie qui sont tombés. C’est l’explication. C'est ce que Jno me dit.
Et Hara kiri puis Charlie Hebdo, c’est une partie de notre vie, c’est ma famille politique.
Les souvenirs sont là si proches, les années 70 et nous accrochons aux murs de notre appartement les couvertures qui nous font le plus marrer.
Je me souviens bien de celle du bal tragique à Colombey : 1 mort. Nous habitions Grenoble, alors, je n’explique pas l’histoire, les vieux comme nous se souviendront. C’était tragique le 5/7 mais Charlie nous faisait rire au delà du tragique. Je me souviens aussi de la couverture avec Pompidou tout gonflé à la cortisone et qui disait : c’est juste une grippe. Il y en a d’autres, mais l’empreinte n’est plus aussi précise que pour ces deux là.
Et j’aimais Reiser, j’étais folle de lui.
Ah oui, on avait aussi le Roi des cons sur les murs. Lui, il résumait tout. 

Un jour j’avais laissé les clés de notre appartement à ma mère et quand je suis rentrée, j’ai découvert les murs vides, elle avait décroché toutes les couvertures de Charlie. Elle ne les avait pas déchirées, non, elle n’avait pas osé.
Elle avait empilé  les couvertures sur la table et elle m’a dit qu’elle les avait décrochées car ce n’est pas supportable de voir cela chez sa fille.
Je me demande si « elle est Charlie » ma mère cette semaine. Je me demande ça car il y a tant de gens qui sont« Charlie » que si ça se trouve elle l’est aussi et que ça pourrait peut être m’émouvoir un peu.
Mais non, je pense que ce n’est pas possible surtout après ce que le pape a dit. 

Je me souviens aussi que mes deux jeunes frères ont  découvert Charlie Hebdo chez nous. Cela aussi posait problème et à ce moment là ma mère m’a demandé de planquer mes journaux iconoclastes et grossiers.
Moi, j’étais déjà contaminée, c’était pas la peine d’entrainer les deux autres. C'est la raison qu'elle m'a donnée.

C’est tout cela Charlie.
Reiser est mort et j’ai eu du chagrin.
Cavanna, il nous bouleversait quand il racontait ses parents italiens. Jno me parle parfois des ses pistons … Et aussi des citrouilles qui poussent dans les arbres.
C’est tout cela qui fait que ma douleur n’est pas que douleur et qu’elle est aussi chagrin.
Ces hommes, ils ont fait parti de ma vie, ils ont changé ma vie, ils m’ont fait lever le poing.
J’ai du chagrin parce que ces mecs, ils m’ont appris la politique en riant, ils m’ont appris la tolérance et l’esprit de révolte intelligent.
Ils m’ont fait grandir.

Aujourd’hui je me sens seule et abandonnée.
Je lève le poing vers le ciel.
J’ai un chagrin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire